Le site d’Areva Malvesi au cœur de la polémique.
Le site d’Areva Malvesi au cœur de la polémique.

Narbonne - Areva-Malvesi : l’expert climatosceptique fait jaser

Environnement. Il a participé à la contre COP 22.

C’est peu dire que cela a mis les associations de défense de l’environnement en rogne. Lundi, elles avaient rendez-vous avec les deux experts nommés par le préfet, pour analyser le procédé Thor choisi par Areva pour assurer le traitement des nitrates. Si le premier était issu de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le second, Jean-Claude Bernier, « on ne savait pas trop d’où il sortait » de l’aveu de Maryse Arditi de l’association Eccla.

Président du pôle universitaire européen de Strasbourg (1992-1995), directeur du département chimie du CNRS (1996-2004), professeur émérite de l’université de Strasbourg 2004, Jean-Claude Bernier a un parcours professionnel brillant. Mais ce qui a fait sursauter les associations, ce sont les articles publiés par ce professeur à propos du réchauffement climatique et dont on peut trouver trace sur internet, ainsi que sa présence à la contre Cop 22 organisée par l’association des climatoréalistes.

La religion du « réchauffisme »

Sa chronique dans « L’actualité chimique » de juin-juillet-août 2016, intitulée « COP 21 : le doute scientifique est-il encore possible ? » remet en cause, chiffres à l’appui, les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), sur lesquels s’appuient l’ONU pour organiser ses conférences sur le climat. Jean-Claude Bernier dénonce les tenants « d’une nouvelle religion, celle du réchauffisme, qui suppose des oublis opportuns, des données gênantes masquées ou manipulées (...) Le catastrophisme a toujours bonne presse ». Et de regretter que « l’establishment scientifique qui se trouve derrière la question du réchauffement climatique s’est laissé entraîner dans le piège qui consiste à gravement minimiser les incertitudes associées au climat ». Ces positions, comme celles sur le «manque d’uranium», ne passent pas auprès des associations.

-----------------

Le Covidem met en garde

Le collectif de vigilance sur les déchets de Malvesi (Covidem) n’a pas été rassuré par cette rencontre avec les experts et le fait savoir. « Cette brève rencontre ne peut qu’ajouter de nouvelles inquiétudes et d’importantes réserves non seulement sur la méthodologie utilisée mais également sur le procédé TDN THOR et elle ne répond en rien aux attentes légitimes de la population et des associations qui mettaient leurs espoirs dans des expertises indépendantes, rigoureuses, transparentes et contradictoires. Aussi, les associations réfutent l’appellation d’expertises « indépendantes » et « contradictoires ». Elles demandent par ailleurs aux élus qui ont voté les motions de demande d’expertise indépendante de contester cette consultation superficielle, courte, partiale et dénuée d’objectivité. »

 

Commentaires (6)

Immobilier

Suivez-nous

Près de chez vous